Les chantiers de jeunes bénévoles en France et à l’étranger

« Se rendre utile »
Chantiers internationaux

Rédacteur : CRIJ - Claire V.
Date de mise à jour : 28/12/2016
Mots clés : chantiers, france, international, jeunes bénévoles

Les chantiers de jeunes bénévoles vous offrent la possibilité de vous rendre utile durant les vacances, tout en rencontrant des personnes d'horizons divers.

Qu’est-ce que les chantiers de jeunes bénévoles ?

Les chantiers de jeunes bénévoles ont pour objectif de faciliter les échanges entre jeunes d’origines différentes pour œuvrer ensemble à la restauration d’un lieu. D’autres chantiers œuvrent dans la protection de l’environnement ou pour venir en aide à des populations.

Pour qui ?

Les chantiers sont ouverts à tous, avec un âge minimal variant de 14 à 18 ans et jusque 30 ans. Vous n’avez pas besoin de formation préalable pour vous y inscrire.

Des missions variées.

La mission pour laquelle vous partirez peut intervenir dans différents domaines :

  • environnement et développement durable,
  • dynamique locale et animation culturelle,
  • sauvegarde et valorisation du patrimoine,
  • solidarités et mixité sociale.

Quand et combien de temps ?

Les chantiers se déroulent généralement en juillet et en août. En effet, certains sont ouverts les week-ends et pendant les vacances scolaires, ou en continu. Les chantiers ont une durée entre 2 et 3 semaines.

Combien ça coûte ?

Vous êtes logés et nourris mais les dépenses concernant les vols, l’assurance et la cotisation à l’association sont à votre charge.

Vous pouvez notamment vous rapprocher de votre mairie ou des conseils régionaux pour obtenir des aides de financement.

En France ou à l’étranger ?

Chaque année, 8 000 jeunes français et étrangers participent à des chantiers bénévoles en France et 3 500 jeunes partent pour des chantiers dans d’autres pays.

Toutefois, quelle que soit la région choisit, en France ou à l’étranger, de nombreuses nationalités participent à ces chantiers : rencontre, échanges, découverte de nouvelles cultures seront donc au programme !

Comment trouver un chantier de jeunes bénévoles ?

La 1ère étape est de bien définir vos critères de sélection, afin de choisir un chantier qui correspond à vos envies : En France ou à l’étranger ? Pour combien de temps ? Sur quel type de chantier ?

Contactez les collectifs d’associations :

  • Le site de Cotravaux regroupe 19 associations dans les domaines de la restauration, la mise en valeur et l’aménagement d’un patrimoine culturel ou naturel et la construction et réhabilitation de logements.
  • Mais aussi le site Jeunesse et reconstruction vous permet de vous inscrire et transmet ensuite votre inscription à ces partenaires. Les missions sont très variés : domaine médical, auprès des enfants, des animaux, l’organisation de festivals, …

Pour les passionnés d’archéologie :

  • Le ministère de la culture établit et diffuse chaque année la liste des chantiers archéologiques ouvert aux bénévoles en France.

Prenez contact avec les associations agréées par les différents ministères en appelant les Directions Départementales de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP)

Si l’association qui vous intéresse n’est pas agrée, renseignez-vous bien sur ses objectifs, son mode de travail et sur les conditions d’accueil. N’hésitez pas à prendre contact avec le responsable de l’association.

Il ne faut pas vous contentez de regarder site internet, il est également important de vérifier que l’association existe vraiment.

Conseils du pro

Attention aux arnaques !

Il existe de nombreuses associations en France et dans le monde entier et de nombreux cas d’arnaque, notamment sur les frais d’inscription, ont été recensés depuis plusieurs années.

Quelques conseils pour faire attention :

  • Méfiez-vous des associations non agrées : vérifier la présence du logo d’un ministère ou d’un agrément spécifiés dans la rubrique présentant l’organisme.
  • N’envoyez pas d’argent avant votre départ : de nombreuses arnaques sont réalisées après l’envoi des frais d’inscription à des associations qui disparaissent par la suite.
  • « Tourisme volontaire » ou « volontourisme » : des sociétés reprennent le concept « humanitaire », le transforme en attraction touristique et demandent des frais exorbitants d’inscription.
Imprimer Haut de page
757aa452a109d895e3758666d07cd1c5ZZZZZ